Chêne-liège : ressource renouvelable, mais peu de disponibilité

Le chêne-liège (Qercus suber) qui pousse dans les régions méditerranéennes a une durée de vie d’environ 150 ans et permet une récolte de son écorce environ tous les 9 ans.Cette matière première est réduite en granules puis expansée à la vapeur à haute température (300°C) en four autoclave. Au cours de cette opération, les granules brunissent, se dilatent et s’agglomèrent entre eux par l’effet de la résine qu’ils contiennent, la subérine. L’aggloméré est ensuite découpé selon les épaisseurs désirées. Le pouvoir isolant du liège expansé tient à l’air enfermé dans ses cellules fermées (de 15 à 30 millions de cellules par cm3). Le liège expansé est utilisé depuis plus de 150 ans en isolation thermique.

Caractéristiques Techniques

Pour le liège aggloméré en panneaux

Conductivité thermique : Lambda = 0,032 à 0,045 W/m.°C

Densité : de 80 à 120 kg/m3

Comportement au feu : pas de classement au feu du panneau brut en France. B I en Allemagne (difficilement combustible),

Le liège expansé ne propage pas la flamme et est considéré comme «auto­extinguible ». Il ne provoque pas de vapeur nocive importante en cas d’incendie. Revêtu d’une couche de plâtre de 1,5 cm, le liège expansé est classé M I, ininflammable (CSTB);

Perméabilité à la vapeur d’eau : assez faible, µ= 5 à 30

Stabilité dimensionnelle : dilatation quasiment nulle aux variations de température et d’humidité;

Réaction aux agents biochimiques : insensible aux micro-organismes, imputrescible, quasiment inaltérable (par exemple, lors de la démolition des chambres froides des Halles de Paris, les panneaux de liège ont été récupérés comme neufs.

Comportement aux prédateurs : non consommable, mais les rongeurs peuvent s’en servir pour nidifier.